Le 8 juin 1947, à l’occasion des fêtes du centenaire de la loge, le musée maçonnique des Démophiles est inauguré dans ses locaux par le Grand Orient de France. La garde et la conservation sont confiées aux Vénérables qui se succéderont à la tête de la loge.

Musée, art et tradition

Témoins du passé, les collections muséographiques des Démophiles sont des outils qui aident à comprendre la Franc-maçonnerie d’aujourd’hui. Elles sont composées de centaines de documents, d’objets ou d’oeuvres d’art qui traitent de l’engagement spirituel et social des francs-maçons dans la loge comme dans la cité.

Berceau de la Franc-maçonnerie française comme le sont Paris, Bordeaux ou Lyon, Tours partage avec les francs-maçons la même histoire. Des noms de rues, des lieux, des édifices, des institutions sont là pour en témoigner : Gouin, De la Grandière, Mame, Bouilly, Walvein, Chalmel, Nadaud, Charpentier, Chautemps, Laloux, Meunier, Bazouge, Vivier, l’hôtel de ville, la basilique Saint-Martin, la gare de Tours, le parc de Grandmont, l’Institut de Touraine…

Connaître la pensée et l’action de leurs aînés permet aux frères des Démophiles de travailler dans le temple pour le progrès de la société.

    
    
    
    
    
    
    

Le Franc-Maçon en habit de lumière
Thème de l’Exposition Tours 2002
Peinture sur toile 130x160cm, Richard Texier

Ouverture en 2008

Ouverture en 2008

Ouverture en 2008

Ouverture en 2008

Ouverture en 2008

Ouverture en 2008