L’obscurité et la lumière

 

… Si le franc-maçon est un fils de la lumière, il est peut-être aussi apparenté à l’obscurité. Le franc-maçon a besoin de l’obscurité pour éviter de succomber aux tentations du monde profane. Mais homme de l’obscurité, il sera en même temps homme de lumière, car loin de la foule et des turbulences profanes, il sait que la lumière va l’éclairer. De plus, homme de l’obscurité durant une partie de sa vie, le franc-maçon devrait donc être un homme de lumière durant l’autre partie ? Or, c’est justement durant cette même tranche de vie cachée, qu’il est homme de lumière. Mais est-ce que tout le travail maçonnique se déroule uniquement dans les lumières du Temple ? N’est-ce pas après que les lumières du Temple se sont éteintes que se révèle le maçon ? Les vérités maçonniques, pour exister, ont besoin de se heurter à la réalité des comportements sociaux et profanes. La Franc-maçonnerie est donc le constat d’une tension permanente entre notre aspiration à la lumière et notre besoin de retour à la pénombre, car l’intensité de la lumière se mesure à la fréquence des retours à l’obscurité. Mais en réalité, bien que distincts, l’obscurité et la lumière sont aussi inextricablement liées l’une à l’autre que la pensée et l’action. Les francs-maçons doivent se rendre compte que l’obscurité existe, et qu’ils peuvent en tirer de la force vive pour vivre dans la lumière …