Voyage dans le monde des symboles

 

… L’espace du temple est un espace institué, organisé. Dans cet espace on est confronté à autre chose : le temps. Ce temps qui n’a pas la même valeur que dans le monde profane. Mes premiers moments sur la colonne du nord m’ont permis de réaliser qu’il s’agit d’un espace qu’on habite physiquement et mentalement. Il n’y a pas que des corps qui se déplacent dans cet espace-là. Il s’agit véritablement d’un lieu particulier. On est confronté à cet espace par du temps dans lequel on est suspendu. C’est donc, à mes yeux, la structuration de l’espace et du temps qui fabriquent l’architecture du temple.

Symboliquement, l’espace du temple réunit deux mondes, le cosmos (le macrocosme) à l’humanité et à l’homme (le microcosme). En fait, l’homme dans sa quête d’intégration au monde dans lequel il vit, cherche à le comprendre. Dans l’espace sacré de la loge se créent des relations de sens, des correspondances symboliques entre la compréhension du macrocosme et celle de l’humanité par la recherche de points de repères symboliques : les points cardinaux, les astres, le haut et le bas, le zénith, le nadir.

L’espace du temple, c’est donc son orientation, la valeur symbolique du positionnement de chacun, mais ce sont aussi les déplacements, la circum ambulation rituelle déterminée par une orientation polaire ou solaire. La topologie du temple et son architecture semblent réguler le temps. Mais symboliquement, le temps de la tenue est aussi régulé par la projection du système solaire. Le soleil se lève à l’est, et se couche à l’ouest. Il rythme la tenue rituelle qui se situe dans un temps privilégié et immuable de douze heures entre midi et minuit ….