La voûte étoilée

 

… Symbole vient du grec symbolon, terme qui désigne un morceau de terre cuite, qui était partagé en deux, et dont chaque morceau était conservé par deux familles vivant dans des lieux séparés. Quand un membre d’une famille devait être reçu chez l’autre, il lui était possible d’exhiber le morceau manquant du symbolon, et de le recoller à l’autre, en montrant ainsi qu’il s’agissait bien d’un membre de la famille alliée. On héritait du symbolon, que l’on se transmettait à travers les générations. Par extension, le symbole est devenu chez nous un outil, dont la signification parfois multiple doit être un guide pour chacun d’entre nous.

Celui de la voûte étoilée, en plus de mettre l’homme au centre du cosmos, apporte aux débats une autre dimension. En effet, depuis la nuit des temps, et quelle que soit la latitude sous laquelle il réside, l’homme regarde et interroge cette voûte lointaine. La contemplation d’un ciel étoilé donne une grande quiétude et une remarquable sérénité d’esprit. Elle incite, non pas à la rêverie, mais plutôt à la méditation. Pour Jules BOUCHER, « la voûte constellée des temples maçonniques est en même temps que le symbole de son universalité, celui de sa véritable transcendance ». Cette représentation du cosmos qui plane au-dessus de nos têtes durant les débats, doit nous apporter sérénité et humilité. La contemplation d’un tel espace nous rappelle l’écart, selon la définition de PASCAL, entre l’infiniment grand et l’infiniment petit. Ainsi le franc-maçon doit rester humble face aux éléments, et apprécier justement la place de l’homme dans l’univers …