Le pouvoir a-t-il un sens ?

 

Les formes de pouvoir sont multiples. Avant d’en faire un rapide inventaire, il n’est peut-être pas inutile de préciser le sens exact et fondamental du vocable pouvoir. La définition la plus basique nous rappelle que le pouvoir est simplement le fait de disposer de moyens naturels ou occasionnels permettant une action. Dans le domaine du droit, ce même pouvoir est la capacité légale d’accomplir une chose ou de produire un effet. Sur le terrain des relations humaines enfin, le pouvoir désigne la possibilité d’agir sur quelqu’un, et équivaut à une forme d’autorité ou de puissance, lorsqu’il s’applique plutôt à une chose. Raymond ARON, dans ses « Etudes politiques » de 1972, réduit le pouvoir au fait de « prendre des décisions qui intéressent l’ensemble ».

Cette dernière approche semble clairement désigner le pouvoir politique qui, dans un état démocratique, a comme composantes le pouvoir exécutif, le pouvoir législatif et le pouvoir judiciaire. Le pouvoir monarchique de droit divin est un pouvoir absolu que l’on retrouve aussi dans les régimes totalitaires, qui sont des systèmes politiques fondés sur la terreur et l’omniprésence de l’appareil d’Etat, qui règne alors sur tous les éléments de la vie sociale, politique et économique. Pour faire bonne mesure, rappelons brièvement que le pouvoir ne se limite pas au domaine politique : tout le monde a effectivement à l’esprit les notions relatives au pouvoir d’achat, au pouvoir de l’argent, au pouvoir des sens, de l’esprit , des nombres, de la poésie, de la parole. Les physiciens parlent couramment de pouvoirs aux vertus calorifiques, absorbantes, émissives, réflectrices. Personne n’ignore l’existence du pouvoir temporel et du pouvoir spirituel. Dans le domaine administratif, on évoque le pouvoir disciplinaire, discrétionnaire, réglementaire. Les pouvoirs publics et constitués font partie de notre quotidien. Au 21ième siècle, le pouvoir économique prime sur le pouvoir politique. L’institution maçonnique, comme toute institution composée d’hommes et de femmes, peut également être le lieu d’expression d’enjeux de pouvoir, notamment au faîte de notre obédience, comme l’a laissé apparaître un passé récent …