L’ Europe : vers une utopie républicaine ?

 

… Demain, l’Union Européenne devra être politique et sociale. Elle aura comme mission de créer, ou de recréer, dans une société dépolitisée et largement individualiste, des liens sociaux, sans tomber pour autant dans le travers du retour au tribalisme.

Aujourd’hui la méfiance à l’égard des grands projets politiques s’est généralisée, et l’on vit, en même temps, une grave crise de la représentation politique, un énorme discrédit des élites technocratiques, des intellectuels médiatiques, et une rupture profonde entre les grands médias et leur public..

Le chemin menant vers l’Europe que nous appelons de nos vœux sera long et semé d’embûches. En dépit de ces difficultés, l’opinion publique et la classe politique doivent se persuader que l’identité de l’Europe sera constitutionnelle ou ne sera pas. Pour devenir le bien commun de ses citoyens, L’Europe a besoin de leur renvoyer autre chose que l’image d’un chiffre sur un billet de banque. Elle doit exprimer « un principe de vie, un esprit général » dans lesquels chacun, de Lisbonne à Helsinki, de Londres à Athènes, puisse se reconnaître. Certes la monnaie unique, des politiques économiques convergentes, une politique extérieure et une défenses communes sont, sans doute, nécessaires à la construction de liens de solidarité européenne. Mais, précisément, pour que ces liens ne se relâchent pas, ils doivent eux-mêmes être cimentés par ce qui est seul capable de les faire tenir ensemble : le lien politique de la souveraineté européenne démocratique…